Qualité de vie au travail : le constat

 

La Qualité de vie au travail (QVT) est devenue une préoccupation pour beaucoup d’entreprises. Elles reconnaissent que des salariés bien dans leur travail sont plus productifs. Qu’ils apportent un meilleur service aux clients et adhèrent plus rapidement aux changements. Et qu’ils peuvent, de ce fait, avoir un impact important sur la compétitivité de l’entreprise.

Mais ces entreprises imaginent souvent que le développement du digital, l’adoption d’horaires flexibles ou de journées de télétravail, l’ouverture de conciergeries, l’aménagement des lieux de travail, la mise en place de salles de détente et de jeux…  voire l’essai de nouvelles modes managériales style holacratie, leadership tribal, entreprise libérée… suffiront à apporter le bien-être à leurs salariés.

Elles n’ont pas encore identifié la condition essentielle pour devenir une entreprise où il fait bon travailler. Que les collaborateurs se sentent écoutés, respectés, compris, utiles et importants pour leur entreprise.

Et, suite naturelle, elles n’ont pas réalisé l’importance des managers dans le succès d’une démarche QVT.

Conséquences

 

Cela explique pourquoi les entreprises se préoccupent peu de la capacité des managers à mobiliser leurs collaborateurs. D’ailleurs, aujourd’hui, nombre de managers en activité ne savent pas que c’est une part essentielle de leur rôle… Même lorsque leur entreprise leur demande de s’occuper de la QVT.

En pratique, en effet, la plupart des entreprises attendent surtout de leurs managers qu’ils atteignent leurs objectifs. Qu’ils répartissent le travail dans leur équipe. Qu’ils en fassent eux-mêmes le plus possible. Et, enfin, qu’ils contrôlent les résultats et évitent les vagues.

C’est pourquoi nombre de collaborateurs sont aujourd’hui peu impliqués dans leur travail. Des études montrent qu’en moyenne, en France, moins d’un salarié sur dix est pleinement engagé dans sa vie professionnelle. Il y a donc un gaspillage considérable d’enthousiasme, de créativité et de productivité dans beaucoup d’entreprises.

La formation des managers

 

Pourtant, les entreprises investissent dans la formation de leurs managers. Elles proposent généralement à leurs cadres et à leurs hauts potentiels des cursus longs de formation management. Processus qui sont souvent animés par des écoles prestigieuses.

Ces formations correspondent aux attentes des entreprises vis-à-vis de leurs managers, Elles sont utiles pour acquérir de nouvelles connaissances et développer des réseaux relationnels. Elles sont en revanche peu efficaces pour le management quotidien des hommes. Le management dont dépend le bien-être et la mobilisation des collaborateurs.

La qualité de ce management ne dépend pas, en effet, de la sophistication des savoirs transmis. Mais de la capacité de la formation à développer les comportements et les savoir-faire importants. Ceux qui permettent d’installer une véritable qualité de vie au travail.

Ce sont ces compétences qui feront que les managers sauront écouter leurs collaborateurs. Les associer aux décisions. Veiller à leur évolution professionnelle. Stimuler leur envie de contribuer pleinement aux objectifs de leur équipe.

La Qualité de vie au travail : une quête impossible ?

 

Les entreprises sous estiment souvent l’importance des managers dans le bien-être et la mobilisation des collaborateurs. Et elles n’ont pas toujours conscience qu’ils ne sont pas préparés pour le faire.

Sans le vouloir, elles empêchent l’installation d’une véritable qualité de vie au travail. Elles se privent d’un vecteur majeur de compétitivité, d’innovation et d’attraction des talents.

Pin It on Pinterest

Share This

Nous appeler